Exemple concret de planification d’un projet pour le référencement

Lors de mon précédent article : Planifier un projet de référencement et gagner en productivité, j’ai eu un commentaire qui m’a un peu dérouté. Je ne l’ai pas censuré puisqu’il apporte du positif à la discussion :

Et bien moi qui m’attendais (vu le titre racoleur) à trouver une méthode de planification de projet SEO, j’ai finalement lu un article qui ne contient pour ainsi dire rien que des généralités et aucune information concrète.

Je tenais tout d’abord à annoncer la couleur : le titre est loin d’être racoleur, la méthode proposé est générale c’est sur mais c’est le B.A BA de la gestion de projet. Après, j’ai peu insisté sur la méthode car je pense que chaque SEO va avoir la sienne. De plus, chaque projet à son contexte, parfois vous allez démarrer le projet avant le lancement du site, d’autres vous récupérerez un vieil OS Commerce de 2003 en tableau avec des balises Word à tout va…le projet va se gérer différemment.

Donc pour toi chère lectrice (ou lecteur), voici du concret, la planification d’un projet de référencement pour une prestation assez classique : un domaine qui existe déjà depuis un an, qui a du mal à se classer sur ses domaines d’activité ni de niche ni trop concurrentiel. Bref des 3e et 4e page de résultats et quelques 1ères positions sur des expressions de longue traine et sur son nom de domaine.

Le contrat de référencement est signé pour une période d’un an (j’ai donc mon jalon), je demande au client de réflechir sur une liste de mots clés et de concurrents qu’il devra me livrer sous une semaine.

Voici comment je planifierais cette prestation :

1ère tâche – Audit du site

Je passe le site dans l’outil de SEOMoz (cliquez pour découvrir) qui me permettra en une semaine d’obtenir la liste des pages brisés, des redirections 302 et des pages au contenu potentiellement dupliqué. Je passe le site dans un copyscape et des bouts d’articles les plus pertinents dans plagium. J’analyse les statistiques du site (ou j’installe un Google Analytics et un GWT s’il n’est pas en place) en regardant en priorité les sources de trafic les plus pertinentes et les pages les plus visitées pour me donner une idée des forces et des faiblesses du site. Je peux aussi m’aider d’outil pratique tels que Xenu ou Woorank pour me donner une idée des lacunes possible (mais l’outil de seomoz est plus pertinent à mon goût et demande moins de travail).

Evidemment, je profite du temps restant pour réparer les erreurs facilement réparable (erreurs de structure type page 404 ou redirections 302 inutiles) et je met en place un suivi de positions stratégiques (l’outil SEOMoz le permet aussi, SeeUrank Falcon, je t’attends !).

2e tâche – Recherche  des mots clés

Mon client m’a livré tout en temps et en heure (oui on est dans la théorie…). Je regarde donc ses mots clés et fait tourner plusieurs outils pour m’inspirer : Google Keyword Tool, dictionnaire des synonymes, google suggest et google wonder wheel. Des scripts pour automatiser ces deux derniers points se trouvent sur le net pour ceux qui savent les chercher. Je regarde aussi les concurrents, leur balise keyword (merci de me faciliter le boulot), ou tout simplement ce qui semble être optimisé pour le référencement.
Pour classer cela j’ai deux méthodes :

  • je classe tout dans un excel à plusieurs colonnes  : mot clé recherché, nombre de requêtes, concurrence adwords, thématique. Je sais que certains aiment rajouter le nombre de pages indexées par Google pour estimer la concurrence, je ne le fais pas tout simplement car je n’ai pas trouvé d’assez bon script ! Cette donnée comme les autres valeurs ne sont pas à prendre au pied de la lettre mais permettent de bien hiérarchiser les infos entres elles.
  • J’utilise une Map (logiciel Mindjet) : cette vision en nuage est à réserver aux listes de mots clés peu remplies. Cela permet de classer avec pertinence et bien thématiser les données. Une fois qu’on a compris son fonctionnement on peut aussi le faire pour gérer tout le projet de référencement !

3e tâche : contenu et backlinks

J’ai maintenant connaissance des recherches d’internautes sur la thématique de mon client. Je vais donc les intégrer à des endroits stratégiques dans le site : title, titres h1 à h3, url (si possible) et description (discours plus vendeur). Je retravaille les contenus dupliqués dans la mesure du possible ou je demande au client de le faire grâce aux mots clés que je lui ai livré (je lui montre une fois par téléphone et il se débrouille généralement bien après).

Je crée ensuite quelques backlinks en demandant tout d’abord à mon client de voir s’il n’a pas des partenaires qui peuvent lui en faire (pas 500 d’un coup, cela arrive rarement). Je vais ensuite dans la démarche la plus chiante et ennuyeuse vieille du référencement : quelques liens dans des annuaires. Pour donner quelques idées (je ne m’étenderais pas sur le pourquoi du comment), j’aime bien commencer par Oubah, IndexWeb, NetAddict, miwim et Waaouh, le temps de traitement est très rapide, la soumission n’est pas très contraignante et il est possible d’avoir une bonne ancre de lien. Si je suis inspiré, quelques communiqués de presse (pouvant être rédigés par le client et repris par mes soins) peuvent m’aider. Bien évidemment, je cherche aussi des annuaires thématiques pour m’aider à soumettre mon site avec plus de pertinence.

4è étape : Veille, constats et réactions

Pour ce contexte particulier, les précédentes étapes ont du suffire à booster le référencement du site et augmenter son trafic. Si ça ne marche pas, je me remets en question : les mots clés sont ils pertinents ? Le contenu est il assez fourni ? Y a-t-il d’autres problèmes de structure ? Y a-t-il assez de liens externes ? etc.

Conclusion :

J’espère que cet article aura eu le mérite d’illustrer mon précédent. Cette présentation succinte en fera sûrement bondir plus d’un : « Et les objectifs de conversion ? Et l’adwords ? Et l’affiliation ? ». Oui, tout est possible mais encore une fois j’adapterais au contexte. Donc ne me demandez pas « combien de liens faut il pour qu’un site soit premier sur sa requête principale ? » je ne saurais répondre exactement sur chacun des domaines. Personnellement j’ai eu de bons succès avec un simple contenu et un bon maillage interne, des fois des liens ont suffit, d’autres fois juste un partenariat avec un site ciblé a triplé le trafic car le partenaire et mon site étaient complémentaires.

Pour ceux qui ne connaissent pas les maps, je souhaite leur partager une fiche de route que j’avais produit en 2006. Elle est améliorable mais les infos pertinentes de prise de contact avec un client sont là. Si vous ne connaissez pas, vous verrez tout de suite l’intérêt de travailler avec cette méthode facilement assimilable.

Vous pouvez télécharger la map en cliquant ici (mindjet est requis, vous le trouverez en démo 30 jours sur le site officiel) : Téléchargement map de préparation au référencement.

Vous aurez aussi remarqué que je n’ai pas fait de lien sur cette page. Les outils proposés sont quasiment tous dans mon autre site : Outil Webmarketing. Tout le reste se trouve facilement avec votre moteur de recherche favori. Et pour ceux qui trouvent que je n’ai pas assez détaillé, je les invite à se rendre en librairie acheter le bouquin d’Andrieu et à se faire la main sur des sites, on ne devient pas référenceur en lisant un post sur un blog d’un gars qui dit tout avoir compris : on lit, on test, on prend du recul et on crée sa propre méthode !

21 commentaires

  1. Merci pour partager votre expérience.

    J’ai fait le même constat, il y a quelques mois devant certaines questions récurrentes de clients (prospects) et surtout devant une ignorance sur le besoin de travailler ces aspects sur le long-terme. Certains prospects croient toujours à la baguette magique et vous soupçonnent de vouloir les exploiter en proposant des missions à moyen voire à long terme.

    J’ai traduit une méthode SEO proposée par Dan Thies et le résultat est un ebook de 116 pages en français a télécharger ici http://seodecollageimmediat.com

    Votre approche s’y retrouve.

    Si vous y trouviez un intérêt n’hésitez pas à me le signaler.

    François

  2. Me demandez pas pourquoi, la map est renommée en .zip.
    Renommer juste le fichier en supprimant le .zip et le tour est joué !

  3. Merci francois pour ton ebook ca ma l’air tres interessant meme si je pense que dans tous les cas malgré une organisation le meilleur SEO reste le contenu qui l’essence meme de ton site.

    Diane De Paste

  4. Merci pour cet article. Il va falloir maintenant digérer ces nouveaux outils…en revanche SEOMoz me parait un peu cher ? Est-ce que l’investissement est rentable pour le suivi de 2 sites e-commerces? Ou vaut-il mieux se débrouiller avec des outils gratuits (mais moins complet?).

  5. Tout outil est utile avec une analyse. Le gros avantage de SEOMoz pour ma part est que c’est un outil tout en un. Le prix est elevé mais les 75€ pour 5 sites (soit 15€ par site) s’amortissent bien. Après ça dépend de la taille des sites e-commerce puisqu’ils mettent une limite à 10 000 pages crawlés. Plus de renseignement sur leur site

  6. Merci pour cette article, c’est agréable d’avoir des exemples concrets de la façon dont les pros travaillent ca rassure quand au méthode que l’on utilise merci egalement pour cette liste d’outils dommage que certains sont payants

  7. La méthode pourrait paraitre simpliste et décevante pour certains, pourtant elle est complète et ce n’est que le travail sur le long terme qui donnera des résultats mais surtout la qualité accordée aux différentes étapes.
    Dans les étapes je rajouterais tout de même une étude de la concurrence qui aidera à trouver les bons mots clefs entre autre.

  8. Génial cet article. Merci pour cet exemple concret.

    Vu comme cela, on voit un gros effort d’analyse (avant et après). La partie effective à l’air succincte. La partie 3 n’a pas été développé ou 3 liens et refaire la balise title suffisent ?

Les commentaires sont fermés.