Comment écrire sur un blog

Cela fait quelques temps que je n’avais pas posté. Ici point de conseils sur de la mise en forme ou sur le fond de sujets qui vous passionnent mais un conseil pour attaquer la base de l’écriture d’un blog : la motivation.

Lorsque vous créez un blog, vous savez quoi écrire, vous avez des idées de contenu et même peut être quelques fichiers textes comprenant vos premiers billet. Puis vous vous dites que vous allez écrire au fur et a mesure de l’actualité.
Le premier mois, vous allez voir vos stats tous les jours pour voir si votre site est bien référencé, si l’on parle de vous, si le bouche à oreille ou tout autre fonctionnalité que vous avez ajouté sur votre blog porte ses fruits. En voyant les pics de visites à 10 visiteurs au lieu de 2 (vous à deux endroits) lorsque vous publiez, cela vous motive à publier de plus en plus, quitte à paraphraser les autres.
Car oui, la majorité des blogs reprennent l’actu des autres, certains en l’interprétant pour les plus courageux (comme ici, je ne me cache pas), d’autres en paraphrasant ou encore carrément en copiant / collant.
Ce jeu devient marrant puisque votre site gagne en puissance et vous arrivez à décrocher quelque centimes des adwords judicieusement placés sur votre site sans rajouter la phrase « Cliquez sur la pub » interdite par la charte Google.

Puis le temps passe, vos stats ne vous intéressent plus du tout, les quelques centimes gagnés ne sont rien par rapport à votre salaire horaire, l’actualité se réduit et votre temps alloué au blog diminue pour d’autres activités.
La motivation n’est plus là, pire encore, vous n’avez rien d’intéressant à raconter qui ne sorte pas de ce qu’on peut déjà lire 100 fois sur le net.

Comment combattre ce problème ? Ma solution personnelle est tout d’abord d’éteindre votre ordinateur.
Attends la, je lis cet article déjà trop long pour moi pour trouver une motivation et tu me dis de quitter mon blog, ça va pas ?!

Aussi bizarre que cela puisse paraitre, Internet ne sera pas votre ami puisque, vous allez vous contenter de lire des articles et de les retranscrire en ajoutant, dans le meilleur des cas, votre patte.

Retournez donc au bon vieux livre papier et bouquinez un peu. En lisant, vous ne serez pas tenté de cliquer sur les liens qui vous font passer d’une page sur l’explication de la théorie des cordes à un chat qui prie pour avoir à manger.
Vous et votre cerveau serez 100% concentré sur ce que vous être en train de lire et au fil des pages, l’inspiration viendra toute seule. Un bloc notes (numérique ou papier) pourra être votre ami afin de ne pas oublier les bonnes idées.

Le but ensuite n’est pas de copier coller son bouquin mais bien de s’appuyer sur ce que vous avez appris pour partager cette nouvelle connaissance avec vos mots et, ainsi, vous approprier l’idée.

Voici quelques exemples concrets :

  • Pour un blog comme celui-ci ou sur la visibilité, intéressez vous à des livres sur le retour sur investissement, le marketing traditionnel (ouvrages de seth godin par exemple)
  • Pour un blog sur les voyages, un bon guide du routard fera l’affaire
  • Pour un blog sur la cuisine, un livre de recette ou un guide des techniques de cuisine et/ou de service vous inspirera

Evidemment, le temps que vous passerez à lire sera du temps où vous ne bloguerez pas mais sachez alterner les deux pour revenir avec de nouvelles méthodes d’analyses et vous répéter sans cesse.

In libro veritas…

3 commentaires

  1. J’ajouterais à ces excellents conseils qu’il faut savoir ne pas publier d’article.
    Lorsque l’on publie pour publier, on ressasse, on paraphrase, on végète sans rien apporter de personnel, on se discrédite.
    Il est souvent préférable de faire une petite pause pour mieux rebondir ensuite sur un sujet qui vous passionne afin d’apporter un vrai éclairage nouveau et renforcé par un avis personnel.
    Les lecteurs cherchent avant tout de la qualité, pas de la soupe pré-machée par d’autres.

  2. Bonjour

    Votre billet me rappelle des souvenirs – pas si lointain. Surtout l’intérêt des premiers articles – la chasse aux visiteurs ou la chasse aux statistiques. Un petit break de temps en temps avec un bon livre – je suis pour à 200 %.
    D’ailleurs pour faire la relation entre les deux – pour un écrivain on appelle ce syndrome (un peu fort peut-être le terme syndrome – ce n’est pas une maladie) la page blanche. Et pour un posteur de billet sur un blog en mal d’inspiration – on appelle ce syndrome comment ?

    Frédéric

Les commentaires sont fermés.