Label pur connerie

Ca fait longtemps que je n’ai pas publié un article et à vrai dire ce ne sont pas les idées qui manquent. D’ailleurs celui ci traîne depuis longtemps dans ma tête mais j’hésite vraiment de le poster ici tant il enfonce des portes ouvertes. Maintenant trop tard, je commence donc je finis !

Pour ceux qui vivent en France, vous pouvez découvrir en ce moment sur vos écrans des films concernant Hadopi et son nouveau « label » de com : le label « pur ». Comprendre Promotion des Usages Responsables. Ce « label » qui ne vaut rien car il est plus là pour de la communication que pour montrer une réelle qualité est proposée au site qui propose de la musique en respectant les artistes soit 17 plateformes dont universal music, deezer, fnac, beezik, musicovery, etc.

Bref, ça vous en avez sûrement entendu parler. Maintenant il y a les pour, les contre pour le fond ce qui est normal, tout autorité de régulation a ses dé traqueurs. Moi même je rage après le CSA qui oblige un quota de « musique » française obligatoire à la radio.

Pour la forme par contre il y a quelques erreurs inadmissibles qui ont été commises.  Et c’est là que ça devient drôle…

Tout d’abord la campagne qui affiche clairement le message : « Vos enfants seront malheureux par votre faute et heureux grâce à nous ». Car oui, vous les téléchargeurs vous allez briser le rêve de Emma, 11 ans qui reve de devenir une pornstar musicienne de talent ayant travaillé avec les plus grands ! (cf photo ci dessous)

Maintenant que vous avez détruit un rêve, sachez que la première règle en com’ pour que le message soit percutant est de ne jamais être négatif. Raté ici car « Sans Hadopi » c’est du négatif.

Evidemment qui suis-je pour donner un cours de communication à une agence qui pèse plusieurs millions d’euros et qui baise les ménagères depuis plusieurs années en leur vendant des voitures, des lessives et de l’alimentaire ? Et bah laisse moi te dire un truc lecteur d’agence H, tu baises les ménagères c’est bien, tu dois avoir le cul qui brille, mais c’est pas ça qu’on appelle la classe. Alors peut être que tu arrives à vendre des logos à plus de 2,7 millions sur le dos du contribuable et des campagnes à plus de 2 millions mais tu es ridicule, enfin si ça te plait c’est toi qui les signe mais si tu veux mon opinion ça fait un peu has been…(copyright)
(Désolé mais celle là je rêvais de la placer ici, l’agence H appartient au groupe Havas qui possède aussi EuroRSCG responsable du logo de l’ANPE)

De plus, le problème dans tout ça est encore dans la forme. Vous voulez promouvoir des artistes et des acteurs / réalisateurs, mais laissez moi vous montrer un peu ce qu’est un artiste pour le commun des jeunes français :

Avec Hadopi, il aurait pu avoir des billets de 50…


Alors bien sur vous allez me dire « Non mais c’est un style » mais sérieusement qui pense qu’un artiste connu galère vraiment…ohé pourquoi tout le monde se tait d’un coup ???
Peut être parce que pendant le festival de cannes / nrj music awards / oscar / golden globes / autre cérémonie du show biz / magazine people (rayer la mention inutile) on voit juste un grand déballage de pognon filmé avec amour par des journalistes qui résident dans des palaces…Donc dire à des gens « j’aime les artistes » c’est un peu comme si vous demandiez à un salarié de L’Oréal de se priver d’une augmentation pour que la famille Bettancourt puisse garder son train de vie…

Bon j’arrête là pour mon coup de gueule. Je pourrais parler des heures des erreurs de com de cette histoire mais je finirai sur ceci. Avant Hadopi on a eu Mikael Jackson, Barry White, Jean-Jacques Goldman, Polnareff, et d’autres très bon artistes et depuis Hadopi on a René la taupe et M.Pokora qui reprend « à nos actes manqués ». Si c’est ça l’avenir, désolé mais je dois aller télécharger sur l’ip de mon voisin…

7 commentaires

  1. Les productions pré hadopi et celles d’aujourd’hui montrent bien qu’il n’y a aucun rapport entre la créativité et le pognon que cela génère.
    Retour aux fondamentaux cela ne leur ferait pas de mal. Rimbaud a existé sans toute cette comédie.

  2. Cette campagne est vraiment très mal conçue. De toutes façons, c’est à l’image du forum eG8 et des interventions diverses à ce sujet : les plus riches tentent de s’accrocher par tous les moyens à leurs générateurs de richesse, à préserver l’eco-système… Ici en jouant sur la culpabilité, quelle intelligence…

  3. J’ai adoré le Avant/Après Hadopi (mon dieu, Pokora l’a vraiment fait, j’ai fouiné un peu et je suis tombé sur cette chose qu’Hadopi appelle « Musique »).

    Quand je pense que 3 Millions ont été dépensés pour ce genre de publicité pourrie, inutile et tellement mal foutue qu’il aurait mieux valu foutre cet argent en l’air. Hadopi était déjà suffisamment drôle avant cette pub, pourquoi continuer à faire rire ceux qui téléchargent ?

    Bref, longue vie au téléchargement 🙂

  4. Toujours sur la forme, je n’aime pas l’idée même de ce nom ‘PUR’. Je m’accorde un point Godwin, mais l’idée de pureté quand on ne parle pas de lessive, j’ai l’impression que l’on retombe dans la fin des années 30, du côté germanique 🙂

    Et je valide la référence à Georges Abitbol, d’ailleurs je préfère partir plutôt que d’entendre ça plutôt que d’être sourd.

  5. Ton post est excellent et m’a fait beaucoup réagir. Mais tout simplement car je suis d’accord avec toi (même sur les choses « moins importantes »)

    1) L’affiche avec christine albanel est excellente
    2) « A nos actes manqués » est une des meilleures de Goldman (que j’adore) mais je vais presque avoir honte de l’écouter depuis pokora
    3) C’est certain que cette agence a contredit la règle numéro 1 (ou presque) de la pub : ne jamais être négatif. C’est une des premières choses que l’on apprend
    4) Oui sans Hadopi, on aurait raté les justin bieber, renan luce, grégoire, … et alors?
    5) Payer un album plus de 15 € pour 10 chansons, ne serait-ce pas eux les voleurs?
    6) Je pense que les vrais artistes, même si à l’époque le téléchargement aurait existé, aurait quand même été découvert et explosé.

    Globalement, au lieu de se plaindre d’un téléchargement, je pense qu’il faudrait qu’ils se tournent vers les maisons de disques. Non je ne veux pas payer 15 € pour un album avec 10 chansons, dont seulement 2 sont intéressantes à l’intérieur.

  6. Le terme de pur est extrêmement mal choisi et renvoie à des années sombres de notre histoire. L’accueil général de cette campagne en dit long sur l’opinion publique, tout le monde connaissant les bénéfices record de l’industrie musicale, prompte à pleurer sur les baisses de vente de cd, mais assez discrète sur l’industrie florissante des mp3.
    Ce sont les derniers soubresauts d’un dinosaure…

Les commentaires sont fermés.